Après Nuit Debout, utilisons Mélenchon pour les mettre à genoux !

Retranscription de mon intervention lors de la Convention de la France Insoumise – Lille, 14 octobre 2016.

« Il y aurait pas eu l’épisode Nuit Debout dans ma vie il y a quelques mois, je peux vous dire que je serais pas là ici aujourd’hui. En fait juste avant Nuit Debout je pensais que c’était fini pour moi l’engagement militant. L’enthousiasme que j’avais mis par le passé dans des collectifs ou pour la politique, je l’avais transféré vers mon boulot et ça m’allait très bien comme ça.
J’ai été embusquée au départ dans cette histoire dingue par François Ruffin. Son film « Merci Patron » il était pas encore sortie que déjà toutes les avant premières étaient blindées de monde. Si il y en a ici qui ne l’ont pas vu, Merci Patron ça raconte comment un couple d’ouvrier qui se retrouve sans une tune après avoir été licencié par LVMH parvient à faire plier le gros Bernard Arnaud, patron de LVMH. Désolée d’avoir spoilé pour ceux qui l’ont pas vu. Donc Ruffin il hallucine devant tout ce monde dans les salles où son film est projeté, tous ces gens qui repartent avec un smile énorme après avoir vu son film. Il me propose de participer à un truc auquel il réfléchit avec deux trois autres, pour organiser quelque chose qui aille plus loin qu’une promo de film, en s’appuyant sur toute cette énergie là qu’il voit tous les soirs. Il me dit : « De toute façon on a rien à perdre. Peut-être qu’il peut se passer quelque chose. De toute façon vue l’ambiance en ce moment on a rien à perdre.»
Quelques semaines plus tard, on organise la première Nuit Debout, le 31 mars 2016. On propose à tous ceux qui veulent faire peur à l’oligarchie de se rassembler place de la république à paris. Pour échanger, discuter, manger, assister à un concert, vivre. Participer à une assemblée, en étant vraiment Debout au sens littéral pour le coup, parce qu’il avait tellement plu toute la journée que si les gens s’étaient assis par terre ils auraient eu les fesses trempées. Il faisait un temps pourri ce soir-là et pourtant il y a eu un monde de dingue.

Et après il y aura un 32 mars puis un 33 mars puis un 100 mars et au delà. Pendant des semaines à république puis sur des dizaines de places en France on organise des assemblées à plusieurs centaines, on propose tous les jours des repas à prix libre, des consultations gratuites d’avocats, des orchestres debout, des dizaines de commissions sur tous les sujets possibles et imaginables refont le monde. On organise des actions en soutien à toutes les causes progressistes qui ramènent leurs porte paroles place de la république.

Dans tout ça on retrouve pleins de gens qui n’avaient avant jamais mis les pieds dans un réunion militante. Des gens qui d’habitude passaient leurs soirées à grogner tout seul devant leur TV en se mordant les doigts d’avoir voté François hollande en 2012, et bien cette fois ils se mettent debout des nuits entières avec pleins d’autres.

Pendant des semaines on a montré qu’on était des milliers à vouloir un autre monde que celui que nous proposaient les éditorialistes de BFM TV. Que ce monde il était beau, fraternel, solidaire. Rappelez vous que sur cette place de la République, depuis un an, la seule chose que les partisans d’un pays sans haine avaient fait tous ensemble massivement, ça avait été de se rassembler pour chialer après les attentats. Cette fois on s’y est massivement retrouvé pour échanger, réfléchir, partager, rire, faire de la musique, organiser des départs en manifs, et narguer leur état d’urgence.

Ce qui nous a mis debout pendant des semaines c’est le ras le bol de vivre dans un simulacre de démocratie. Ras le bol qu’une minorité s’accapare le pouvoir et dicte sa loi contre les intérêts du plus grand nombre, aussi bien au niveau politique qu’au niveau économique. Ce qui nous a mis debout c’était que tout d’un coup on réalisait qu’en se rassemblant en se mettant tous ensemble, cette minorité, cette oligarchie, on pouvait la faire tomber.

Pendant trois mois j’ai cru, comme la plupart des Nuitdeboutistes, que ce mouvement tellement inédit, tellement pas prévu, tellement dingue se suffirait à lui-même et pouvait continuer à grossir sur sa lancée au point de faire tomber l’oligarchie.

Mais ça n’a pas été le cas.

L’oligarchie n’est pas tombée. Elle a flanché, peut-être un peu, mais elle est pas tombée.

Et nous ? Nous on s’est réveillé, on s’est mis debout. C’est pas pour retourner se coucher.

Si on veut appliquer tout ce qui a émergé pendant des semaines dans toutes ces nuit debout, il faut utiliser tous les leviers qui existent dans le monde réel pour parvenir à nos fins.
Alors dans le monde réel, nous sommes fin 2016 et dans quelques mois il y a une élection présidentielle. L’élection présidentielle, ce truc pourri complètement à revoir dans le fond, qui consiste à élire un mec pour diriger un peuple. On est d’accord, à choisir dans le catalogue des systèmes politiques du 21e siècle, on prendrait pas la 5e république. Mais en attendant, c’est comme ça, dans 6 mois IL Y A L’ELECTION PRÉSIDENTIELLE.

Et dans les candidats à l’élection présidentielle il y en a un qui peut nous permettre de concrétiser tout ce qu’on s’est raconté pendant des semaines lors de toutes ces Nuit Debout.

Ce candidat il est là et il s’appelle Jean-Luc Mélenchon.

Alors je veux m’adresser à tous ceux qui ont participé à Nuit Debout, à tous ceux qui ont soutenu Nuit Debout de près ou de loin.

Utilisons Jean-Luc Mélenchon. Utilisons Mélenchon pour faire en sorte que tout ce qui s’est raconté à république et dans les centaines de places occupées ait une chance de voir le jour à l’échelle du pays. Utilisons Mélenchon pour concrétiser et rendre palpable nos idéaux. Utilisons Mélenchon pour changer de République, pour contester le règne sans fin des incapables qui nous gouvernent, qu’ils soient de droite ou de « gauche ». Utilisons Mélenchon pour les mettre à genoux. Utilisons Mélenchon pour ne pas passer à côté de la possibilité de faire surgir la société à laquelle on aspire.

Quand on est debout, on est obligé de se servir de ses jambes. Sinon on tombe. Grâce à Nuit Debout on a été des milliers à réveiller nos jambes qui étaient toutes engourdies depuis un bon moment. Ces jambes servons-nous en, avec la France insoumise et la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2017. »

Leave a Reply