Au soir du 18 mars 2017

Ouais salut toi la statue. Toujours aussi belle.
Il y a un an on s’était mis à tes pieds alors que tu étais encore en larmes. Même en pleurs, tu étais belle quand tu avais ces bougies et ces mots tristes au sol tout autour de toi après le 13 novembre. Tu étais devenue encore plus belle quand on t’a empêchée de dormir pendant des semaines avec Nuit Debout, quand alors que tu étais encore en deuil se sont rajoutés tous ces messages pour une vraie démocratie, contre l’oligarchie, contre la loi El Khomri, pour une assemblée constituante. Tous ces mots d’amour déposés à tes pieds. On a foutu un bordel sur cette place, ma pauvre, on t’a même jamais proposé de boules quies… Merci encore pour l’hospitalité, c’était cool.
Ce soir à minuit tu es toute nettoyée. Toute propre. Il y a quelques heures on était des dizaines de milliers encore ici autour de toi. Ce soir tu es plus belle que jamais.


Je me suis mise à frissonner en te voyant arriver dans mon champ de vision en fin d’aprem depuis le cortège de tête qui arrivait de Bastille. En vrai je t’avais un peu oubliée. Quand je t’ai vue depuis toute cette foule je me suis dit « Toi encore ? ». Je vais te croiser meuf à chaque fois qu’il se passe un truc vraiment dingue ? Pourtant je savais depuis un moment que la marche finissait à Répu. Mais quand je me suis retrouvée sur la place de la République rouge de monde aujourd’hui, ben j’ai eu bizarrement comme l’impression de retrouver une copine que j’avais pas vu depuis un bail. Comme si il y avait vraiment une continuité entre nos Nuits Debout du printemps dernier et le rassemblement d’aujourd’hui. La statue, je sais que tu as kiffé le discours de Jean-Luc et cette masse de monde autour.


Madame la statue, je m’imagine dans ta tête, et je me dis qu’on vit une belle histoire d’amour, toi et nous, le peuple, les gens. Une belle histoire qui nous mènera forcément vers la 6e république.

Leave a Reply