Repas de Noël contre le Père Austère : et si on les forçait à partager ?

Dans un précédent billet, je vous avais parlé du Père Austère. Depuis notre première tentative – carrément à l’arrache – d’emballer le Sénat dans du papier cadeau pour l’offrir à la finance à l’occasion du vote du TSCG, le collectif du Père Austère s’est structuré. Nous avons un site internet, où vous pourrez notamment accéder à des vidéos du Père Austère et de ses lutins chantant (pas forcément juste, oui je sais) devant les Galeries Lafayette des versions revisitées des tubes de Noël.

Et dernièrement, samedi 8 décembre, les lutins du Père Austère ont décidé d’entrer en dissidence et ont organisé un repas de Noël dans un magasin Auchan, avec des produits pris directement dans les rayons. Il s’agissait d’un pique-nique en supermarché, un peu comme ceux qu’on avait l’habitude d’organiser en 2008 avec l’Appel et la Pioche, avec cette fois le Père Austère et les bonnets de Noël en plus.

8262985271_6636da3bc3_b

Et encore un peu de crise en plus. En effet, depuis 2008 la situation n’a fait qu’empirer. 8,5 millions de personnes vivent en France sous le seuil de pauvreté, et plus de 11 millions de personnes sont pauvres dans notre pays si on prend en compte les indicateurs européens. Je vous renvoie au communiqué du collectif Père Austère en lien ici pour quelques données complémentaires.

Il y a 5 millions d’inscrits à Pôle Emploi, dont 3 millions qui n’ont aucune activité. Les offres d’emploi sont diffusées au compte goutte. Il y a pourtant un tas de fiches de poste, avec des tonnes de « compétences requises » et des vraies missions… sauf qu’il s’agit d’offres de stages à 400 euros par mois. Alors pour chaque véritable offre d’emploi avec contrat de travail, salaire et tout et tout, on est des milliers à postuler. Autant dire qu’il faut la jouer en mode « harcèlement téléphonique de standard » non pas pour être reçu en entretien, mais simplement pour que votre CV ne soit pas noyé dans la masse. Je peux vous en parler, étant moi même actuellement à la recherche d’un emploi. J’aime bien dire « actuellement ». « Actuellement », ça veut dire que ce n’était pas le cas hier, et que ça ne va pas durer des plombes. Je n’ai pas de boulot en ce moment, mais c’est temporaire. La norme, c’est quand je travaille, en ce moment c’est l’exception. Et puis c’est bien connu, de nos jours, la génération précaire enchaîne perpétuellement CDD et périodes de chômage. Alors logiquement après ma période de chômage viendra le temps du CDD. Je ne demande même pas un CDI. J’espère juste un CDD. Putain d’époque, où l’horizon de la précarité devient rassurant, parce que toujours mieux que rien-du-tout.

Pere Austere, un repas de Noel Gratuit au Supermarché

Enfin, revenons-en au Père Austère. Samedi, lors de notre repas de Noël chez Auchan, nous avons symboliquement mis en pratique la seule solution valable et efficace contre la pauvreté et les inégalités sociales : le partage des richesses.

Les clients du magasin, qui venaient profiter du repas de Noël des lutins du Père Austère, témoignaient du ras-le-bol ambiant de devoir se serrer la ceinture chaque mois, d’être forcés de choisir entre la facture d’électricité ou un peu de viande pour les gamins… Pendant que certains, une minorité, continuent de s’en mettre plein les poches.

A titre d’exemple, la fortune de Gérard Mulliez, le patron de Auchan, représente 3 millions d’années de salaire d’une caissière de la grande distribution. Est-ce que Mr Mulliez ne pourrait pas un peu partager ses 18 milliards d’euros ? Ne serait-ce que 2 ou 3 milliards d’euros de moins, franchement, sur 18, c’est pas la mort non ? Et même si on lui enlève un zéro, ça lui laisse de quoi mener une vie de luxe. Que peut-on faire de 18 milliards d’euros ?

Alors où j’écris ce billet vient de se terminer la Conférence gouvernementale contre la pauvreté. Je rêve d’un monde où nous aurions viré la droite il y a six mois, un monde où la gauche gouvernerait, un monde où nous aurions applaudi avec joie les déclarations de notre premier ministre à l’issue de cette énième grand-messe du pansement sur une jambe de bois. Au lieu de ça, Jean-Marc Ayrault a annoncé une « revalorisation » du RSA de 10% sur 5 ans, soit 2% par an, soit… 9,50 euros par mois pour une personne seule sans enfant touchant actuellement 475 euros de RSA. C’est sur qu’avec 484€ par mois au lieu de 475 on sort de la pauvreté.

Mais bon, encore une fois on nous chante le tube du moment : « Les caisses sont vides ». A longueur de débats télévisés et de discours gouvernementaux c’est la même rengaine : la situation est difficile, l’Etat n’a plus d’argent, il faut réduire les dépenses publiques, on ne peut rien faire face à la finance.

Tout cela est faux. Il y a du fric dans ce pays. Par exemple, dans les poches de Mr Mulliez. Si les caisses sont vides, il suffit de les remplir ! Evidemment cela ne se fera pas tout seul. Les actionnaires, les banques et les grosses fortunes ne vont pas spontanément partager ce qu’ils ont comme si ils faisaient un don au Téléthon. Le gouvernement, lui, a les moyens de les forcer à partager.

Organisons partout des repas de Noël en supermarché et des opérations de redistribution et de partage forcé. Jusqu’à ce qu’ils entendent et se sentent obligés de partager.

Pere Austere, un repas de Noel Gratuit au Supermarché

Ici, une vidéo de notre repas de Noël du 8 décembre : http://www.youtube.com/watch?v=-pHpJ8pI01I&feature=youtu.be

Single Comment
  1. Ola Natha,
    Ola Leila,
    PAUSE : Pose tes nerfs Père austère…
    Bonne fin d’année à toi et à tes proches !
    Lolo34
    http://partidegauche34.midiblogs.com/archive/2012/12/22/pause.html

Leave a Reply