Servitude à la personne

Depuis quelques mois, à chaque fois que je prends le métro, j’ai envie d’arracher cette affiche qui me nargue sur les espaces publicitaires intérieurs des rames.

Des silhouettes élancées de femmes toutes roses qui auraient l’air de danser si elles ne tenaient pas à la main un balai, un fer à repasser, une serpillière ou un escabeau. En dessous de ce mièvre portrait de groupe, un mot et un slogan : « Shiva, les spécialistes de l’impeccable ».

shic

Shiva fournit des femmes de ménage aux particuliers et propose des gardes d’enfants à domicile lorsque la file d’attente est trop longue pour obtenir une place en crèche.

Le développement de ces activités de services à la personne est une conséquence de l’entrée des femmes sur le marché du travail. Or, la blague, c’est que ce sont quasi-exclusivement des femmes : elles constituent 95 % des salariés de ce secteur : qui effectuent ces activités domestiques, et ce, dans un cadre salarié très précaire. Ces employées travaillent en moyenne 22 heures par semaine, pour 3,9 « particuliers – employeurs » en simultané et pour un salaire moyen de 690 euros net par mois. Au final, il s’agit de remplacer par des femmes précaires les femmes au foyer devenues femmes actives…

Shiva a su s’engouffrer dans la brèche très juteuse du business des services à la personne, et profiter pour cela des subventions offertes par l’Etat. En effet, la loi permet aux particuliers qui emploient des travailleuses à domicile de bénéficier de 50 % de réduction d’impôts.

franchise-shiva02-26092011

En 2009, selon un récent rapport de la Cour des comptes, le total de ces exonérations fiscales pour l’emploi de salariés à domicile s’est élevé à 6,6 milliards d’euros. Tout ça pour créer 35 000 nouveaux emplois précaires à temps partiel, et seulement 17 000 si on rapporte ce chiffre en équivalent temps plein. Avec mes copains de l’Appel et la pioche, on a sorti la calculette. Et on s’est rendu compte qu’avec la même somme, on aurait pu créer 367 000 emplois en CDI à 1 500 euros brut !

Parfois dans le métro, j’ai un peu de répit. Pas de publicité toute rose à la gloire des fées du logis et de la précarité. Et là, horreur. Je m’aperçois que les affiches de Shiva sont remplacées par celles d’Acadomia. L’Etat supprime des postes dans l’Education nationale ? C’est pas grave, Acadomia emploie des profs en intérim et propose leurs services aux particuliers. Avec, toujours, le système de déduction fiscale propre aux emplois de services à domicile.

En matière de services à la personne, la politique du gouvernement subventionne la précarité et engraisse des entreprises comme Shiva et Acadomia. Le comble, c’est que ces deux sociétés sont tellement sur la même longueur d’onde qu’en 2004, elles ont fusionné pour bâtir le premier groupe de services à la personne.

Tout cela mériterait un grand nettoyage… Le salon annuel des services à la personne débute le 25 novembre à Paris. Et si on allait y faire un tour, munis de serpillières, balais-brosses et produits ménagers ?

Leave a Reply