Encourageons l’auto-organisation

des travailleurs face aux plateformes !

« Les employé·es des plateformes ne doivent plus être des auto-entrepreneurs, mais des salarié·es à part entière percevant un salaire“. ✊

Ce n’est même pas moi qui le dit, mais Francesco Pastore, qui venait présenter le rapport “Shaping the future of work” de l’International Labour Organization (Organisation Internationale du Travail), ce matin en commission Emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Je l’ai interrogé à cette occasion sur un précieux chapitre de ce rapport consacré au déclin de la négociation collective et du dialogue social en Europe. L’économie des plateformes contribue directement à ce déclin. Les travailleur·ses des plateformes n’étant pas considéré·es comme des salarié·es, il leur est impossible d’accéder aux leviers traditionnels de la négociation collective.

Face à des plateformes qui s’exonèrent de leurs obligations sociales et fiscales & méprisent le principe de négociation collective, il faut encourager des nouvelles formes d’organisation, d’auto-organisation des travailleur·ses, qui leur permettent de développer un rapport de force, comme on peut le voir actuellement avec les livreurs et livreuses de Deliveroo.